COMMUNICATION : conférence avec Marie IRELAND et des bénévoles de Strasbourg : « Apprivoiser le deuil – Comment se reconstruire après la perte d’un être cher ».

Compte- rendu de la conférence avec Marie IRELAND et des bénévoles de Strasbourg,   » Apprivoiser le deuil – Comment se reconstruire après la perte d’un être cher « 

Avec ce thème, l’Association a organisé une conférence Vendredi 9 octobre 2009 à l’école d’infirmières de Vierzon avec ce thème.

«  La perte d’un être cher est souffrance »

Le deuil est le temps de la douleur, nous rappelle Marie Ireland, Ecrivain, Psychologue, présidente de Jalmalv Nantes.

Freud a souligné que le deuil est la réaction de la perte de « l’objet d’Amour ».

Les rites de séparation qui entourent le deuil sont importants, quels qu’ils soient , selon nos traditions.

La personne endeuillée a besoin de temps : autrefois elle était entourée , aidée pendant une période longue d’au moins deux ans .

Aujourd’hui , nous avons tendance à croire que le deuil est rapide, que deux, trois « jours »  suffisent ; en réalité c’est un processus, long et inconscient, qui passe par plusieurs étapes , et différent selon chaque personne. »

Richard Rauscher et Marie-Thérèse Bitsch, coanimateurs de Groupe d’Entr’aide à Strasbourg, nous ont fait part de leur expérience (depuis 2001).

Des personnes se rencontrent pour parler de leur souffrance , dans l’espoir de pouvoir se restructurer après la perte d’un être cher.

Un groupe d’entraide n’est pas un lieu de thérapie pour des deuils pathologiques, car ces derniers relèvent de psychothérapeutes professionnels et non de bénévoles.

Le groupe de soutien est une forme d’aide ou chaque personne va pouvoir parler de son vécu, de son deuil, de son ressenti, pouvoir écouter, se sentir écouté, autour de deux bénévoles spécifiquement formées et qui ont elles-mêmes vécu des deuils.

Avant la mise en route d’un Groupe d’entraide , chaque personne est reçue par les coanimateurs , pour un entretien individuel, éventuellement deux ou trois , ce qui permet une première prise de contact.

Lors de la première rencontre du groupe, les participants sont invités à accepter des règles importantes de fonctionnement : les horaires, la Confidentialité, le respect réciproque et le non jugement.

Ce sont les personnes elles-mêmes qui font fonctionner le groupe avec une dynamique interne, encadrée par les coanimateurs.

Le groupe va évoluer et permettre à chacun, non pas d’oublier, mais de  «Vivre l’absence»

Le public présent a manifesté son attention en posant des questions aux intervenants.

Preuve que le besoin de parler du deuil est d’autant plus fort que, comme le souligne Marie Ireland, le sujet reste encore relativement tabou dans notre société.

Poster un commentaire

Rédiger un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :