COMMUNICATION : conférence sur le refus de soins

LE REFUS DE SOIN

Lors de la journée mondiale de soins palliatifs 2010, une conférence sur LE REFUS DE SOIN s’est déroulée à Saint-Amand le 7 octobre.

Le Dr MONTAZ de l’unité de soins palliatifs du CHU de Poitiers a animé cette soirée avec la participation des équipes mobiles et départementales de Saint-Amand et Bourges.

Avant de parler du refus de soin, il est important de définir LE SOIN.

Le soin c’est être attentif à l’Autre que l’on soit soignant ou non.

Etre attentif à l’Autre c’est être aidant.

Pour les professionnels de santé, être aidant c’est être dans le SOIN.

Le soin est un acte médical ou paramédical réalisé par un professionnel de santé.

Dans les gestes du quotidien c’est aider la personne à répondre aux besoins qu’elle ne peut assurer seule, comme faire sa toilette, se vêtir, se mouvoir.

Pour les soins techniques, c’est : poser une perfusion, faire un pansement, poser une sonde, administrer un traitement …

Le soin est une relation qui s’instaure entre une personne qui souffre et une autre personne qui possède une compétence pour soigner.

Les professionnels font preuve de disponibilité, d’écoute et d’humilité pour pouvoir aller à la rencontre de celui qui souffre. Ils expliquent, informent les personnes malades des soins qu’ils vont recevoir, des examens à passer, expliquent en quoi consiste un traitement et s’assurent que le malade a compris. La RELATION est intégrée au soin et sa qualité détermine la relation de confiance qui va s’instaurer entre malade et soignant.

Un traitement est un moyen permettant de prévenir la survenue d’une maladie (vaccin par exemple), de soulager des symptômes inconfortables (antalgiques sur la douleur), ou

d’agir sur une maladie . Le traitement peut consister en un médicament, un acte chirurgical, une manipulation, un massage, ou

de la radiothérapie.

Les limites du soin sont souvent inhérentes au patient et à son entourage, en lien avec leur histoire de vie et leurs croyances.

Aujourd’hui, le malade peut exprimer ses choix : «Non, Docteur, j’arrête…». C’est la loi du 4 mars 2002 concernant les droits des malades, et la loi LEONETTI du 22 avril 2005  *** qui renforcent cette possibilité.

Il est révolu le temps ou le malade ne pouvait que s’en remettre aux décisions médicales le concernant : les relations médecin – patient ont considérablement évolué.

Les soins, c’est reconnaitre au malade son espace de liberté, rechercher son consentement indispensable à la prise en charge.

La parole du malade lors d’un refus de soin est à prendre en compte et à examiner à la loupe pour éclairer la situation.

Dilemme pour les soignants entre préserver la vie et respecter le choix du patient.

—————————————————————

*** voir aussi  Connaître la “loi Leonetti” et l’appliquer (Plus digne la vie) (Document Pdf).

Publicités

Publié par

JAMA'VIE

Jama’vie (Jusqu’à la mort accompagner la vie) est une association de bénévoles, laïque, apolitique et non confessionnelle. Notre équipe œuvre principalement dans l’accompagnement et l’écoute des personnes gravement malades en soins palliatifs et/ou en fin de vie et de leurs proches où qu’ils se trouvent en institution et à domicile dans le département du Cher.

Rédiger un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.